William Anastasi, 1933-2023, This Is Not My Signature

Without Title (Burst Drawing)
Nine polaroids of the artist
Couverture de la monographie


Exposition du 28 avril au 15 mai 2024 à la Galerie Jocelyn Wolff (Komunuma – Romainville)
Vernissage dimanche 28 avril 14h – 18h


À l’occasion du lancement de la monographie “William Anastasi. This Is Not My Signature”, publiée par la Galerie Jocelyn Wolff et Mousse Publishing, cet accrochage expose la pensée du livre à travers quelques œuvres exemplaires de l’artiste, des années 1960 aux années 2000.

Une sélection d’œuvres historiques illustrant les principales périodes de l’œuvre d’Anastasi sera présentée dans l’exposition, investiguant les décennies conceptuelles et minimales des années 1960 et 1970, comme les développements picturaux et performatifs plus tardifs.

Cette traversée documentée dans la vie de l’artiste disparu récemment préfigure une exposition rétrospective à venir en janvier 2025.

MONOGRAPHIE
La Galerie Jocelyn Wolff a le plaisir de présenter la publication monographique consacrée à l’œuvre d’Anastasi. Comprenant plusieurs contributions scientifiques de spécialistes internationaux de l’art minimal et conceptuel, la publication offre un point de vue contemporain sur les gestes artistiques historiques et plus récents propres à l’œuvre d’Anastasi. Outre huit essais inédits, spécialement commandés à Julia Robinson, Valérie Mavridorakis, Robert Storr, Béatrice Gross, Chiara Costa, Sébastien Pluot, Dove Bradshaw et Erik Verhagen, la monographie est complétée par une documentation d’archives rare, commissariée par l’historienne de l’art Hélène Meisel.

“William Anastasi (né en 1933 à Philadephia) est l’auteur d’une œuvre foisonnante. Acteur majeur du conceptualisme et à bien des égards l’un de ses initiateurs, sa trajectoire ne saurait pour autant se réduire à ce chapitre de l’histoire de l’art contemporain. L’ouvrage revient à travers le prisme de multiples voix sur les différents aspects d’une démarche qui s’est déployée à l’aide de médiums complémentaires. Le dessin y côtoie la photographie et de « nouvelles » technologies, des objets, peintures et installations. Au sein de ce corpus à (re)découvrir, sons, images et langage, artefacts, protocoles et processus traduisent entre autres des interrogations liées à l’espace et au temps, à la représentation et à la perception.”

Erik Verhagen

Site de la Galerie Jocelyn Wolff

Références Annabelle Oliveira